Catégorie dans Jardinage

Elagage : quel budget prévoir ?

Elagage : quel budget prévoir ?

Un élagage fréquent est nécessaire pour le maintien de vos arbres en bonne santé, mais également pour la réduction de la hauteur et du feuillage. De même, cette opération est requise pour fournir une forme esthétique aux arbres ou dégager la vue. Pour que votre élagage soit bien élaboré, il doit être réalisé par un professionnel. Le recours à un spécialiste peut vous permettre de bénéficier d’un crédit d’impôt, grâce au dispositif CESU. Voici tout ce que vous devez savoir sur l’élagage.

A quel moment faut-il élaguer ?

L’élagage est une opération qui consiste à réduire les feuilles et les branches d’un arbre et d’un arbuste, pour qu’il puisse se développer dans des conditions saines et de façon plus esthétique. Les travaux sont réalisés en prenant en considération la sécurité de la population environnante. L’opération en elle-même est effectuée dans le but de réduire certains risques (accrochage et nouage de fils électriques, chute de branches, etc). En ce qui concerne le choix de la saison, l’élagage peut être fait en fin printemps, comme en période hivernale. Lors de la saison fraîche, les arbres et arbustes sont au repos, ce qui permet de maintenir leurs réserves naturelles. Cependant, les marques provoquées par le taillage demeurent ouvertes jusqu’au printemps. Un élagage en fin printemps en revanche, permet une cicatrisation plus rapide, puisque les végétaux peuvent activer leurs défenses naturelles. Quelle que soit la saison, choisie, il est recommandé de solliciter les services d’un élagueur professionnel.

Quels sont les facteurs qui impactent le coût d’un élagage ?

Le budget d’un élagage dépend de différents éléments dont les dimensions de l’arbre, la nature et la qualité de l’arbre, l’accessibilité du terrain et la complexité du travail. En effet, plus les végétaux sont grands et denses et plus leur élagage est onéreux, puisqu’il requiert l’emploi de dispositifs particuliers. De même l’ébranchement de certains arbres présente plus de risques pour les professionnels en charge de l’effectuer. Concernant la qualité, les végétaux peuvent comporter du bois dont les cellules ne sont plus vivantes ou infestées de bestioles. Dans ce cas, la réalisation des travaux sera plus difficile. Pour les contraintes de travail, les zones d’intervention à proximité d’un cours d’eau ou d’un précipice présentent également des dangers, ce qui implique un coût plus élevé.

Quel est le budget moyen d’un élagage ?

Lorsque tous ces paramètres sont pris en considération, le prix au forfait d’un élagage est estimé à une moyenne de 75 à 450 euros TTC par arbre. Par ailleurs, il faut noter qu’il est possible de solliciter le service dans un package de travaux d’entretien de jardin, en vue de réduire les coûts. En Belgique par exemple, un élagueur dans le brabant Wallon propose l’abattage, l’élagage et la récupération du bois pour le chauffage d’hiver. Si vous désirez tailler vos branches pour revivifier vos arbres, vous pouvez faire appel à ces grimpeurs-élagueurs professionnels qui vous garantissent une intervention efficace et sécurisée.

Comment choisir ses outils de jardinerie ?

Comment choisir ses outils de jardinerie ?

Réussir son projet de jardinerie rime avec utilisation des outils appropriés pour les plantations et leur entretien. Que vous soyez un débutant en jardinerie ou un expert, vous devez savoir quels dispositifs utiliser pour chaque type de travaux. Pour assurer le maintien de vos jolies plantations toute l’année, ce guide vous livre ses conseils pour bien choisir les matériaux adéquats.

Outils pour le travail de sol

Le travail au sol est une opération très appréciée des jardiniers. Pour bien récolter les légumes et fruits du potager, il est indispensable d’avoir à sa disposition du matériel de travail de sol. Les éléments les plus employés restent la pelle, la fourche, le râteau et la bêche. Vous trouverez tout ce matériel dans le rayon outillage d’une jardinerie à Beloeil. Cette boutique dispose d’une large gamme d’outils pour l’aménagement et l’entretien d’un jardin, mais également des produits phytosanitaires, de l’engrais et des terreaux.

Utilisation des équipements de sol

En ce qui concerne l’utilisation du matériel de sol, notez que chaque équipement a une fonction spécifique. La pelle, par exemple, est employée pour creuser des trous, destinés à recevoir les graines. De même, elle peut être utilisée pour aplanir le sol. La bêche, en revanche, sert à retourner et à ameublir le sol. On l’emploie également pour : enlever les plantes et les planter à nouveau, ensevelir les engrais dans la terre et se débarrasser des pierres. Pour rendre un sol argileux ou dur plus légère, il faudra opter pour la fourche qui le fragmente à l’aide de ses dents. En dernier, vous avez le râteau, adéquat pour le nettoyage de la surface. Les feuilles, cailloux et autres débris sont facilement râtelés à l’aide de cet objet.

Outils pour les travaux de plantation

Pour la préparation des semis, la plantation des végétaux et la récolte, il est également nécessaire d’avoir en sa possession des équipements de jardinerie dédiés. Des opérations notamment effectuées dans les potagers ou jardin de décoration. Le cordeau et le plantoir peuvent être cités comme des outils essentiels pour une jardinerie réussie. D’autres dispositifs comme la table de culture, le tamis ou le transplantoir sont également utiles pour les travaux de plantation. En visitant le rayon outillage de rolland Delbart, vous trouverez ces produits en très bonne qualité, puisque la marque propose des articles de choix en jardinage.

Utilisation des équipements de plantation

Pour bien organiser son potager, en alignant convenablement les rangés de légumes, il est requis d’employer un cordeau. Cet objet composé d’une fibre fine qui relie les deux bâtons situés aux extrémités, permet de délimiter des alignements droits de végétaux, de bordures et haies. Pour le plantoir, il servira notamment au maintien des jeunes plants qui peuvent être replantés dans le sol. L’action est effectuée sans forcer la création de trous. De même, grâce à sa taille normalisée, cet outil fait office d’objet de mesure d’espacement.

Comment éviter de trop arroser la pelouse

Comment éviter de trop arroser la pelouse

L’arrosage excessif est l’un des problèmes les plus importants et les plus courants en matière d’entretien des pelouses. On peut même dire qu’une grande partie des propriétaires n’ont aucun contrôle sur leur système d’arrosage ni sur la façon de l’utiliser efficacement. L’approche consistant à « régler et oublier » est pratique mais non efficace. En plus du gaspillage d’eau, un arrosage excessif est mauvais pour la pelouse et la rend vulnérable aux pressions extérieures telles que la sécheresse, les insectes, les mauvaises herbes etc.

Prenez le contrôle de votre système d’arrosage

Terryn vof, entreprise de jardin située à Lierde énonce qu’un bon arrosage consiste à savoir comment utiliser efficacement votre système d’arrosage. Lorsqu’il est utilisé correctement, il vous permettra d’économiser de l’argent tout en préservant la beauté et la santé de votre pelouse. La plupart des systèmes d’arrosage automatiques à gazon ne sont pas si compliqués et devraient être assez faciles à comprendre. À partir de là, il est important que votre système soit équipé de capteurs de pluie permettant de l’éteindre en cas de pluie lors d’un arrosage programmé. Il est important de savoir comment mettre votre système en pause lorsque la pluie est imminente et après des périodes de pluie quand le sol a assez d’humidité. La mise au point du système et la connaissance de son fonctionnement bénéficieront à la pelouse et permettront d’économiser de l’argent.

Quelle est la quantité d’eau suffisante ?

La règle empirique pour l’arrosage du gazon est généralement d’un pouce d’eau par semaine. C’est une moyenne décente pour le printemps et l’automne, mais durant les mois chauds et secs de l’été cela n’est réalisable qu’avec un arrosage supplémentaire avec un système d’arrosage automatique ou avec un tuyau installé.

Quelle quantité d’eau est de trop ?

Une pelouse sur-arrosée sera probablement affectée par une multitude de résultats négatifs, aboutissant à une pelouse en mauvaise santé à la portée des mauvaises herbes, des maladies et des dégâts des insectes. Une pelouse sur-arrosée laisse souvent place à une série de problèmes de gazon et de traitements chimiques coûteux qui ne disparaîtront pas si le problème sous-jacent (sur-arrosage) n’est pas géré.

Une pelouse en bonne santé doit être un peu assoiffée, en tenant compte toujours des racines plus profondes dans le sol. Plus le système racinaire est profond, plus le gazon est sain et résistant. C’est pourquoi un arrosage idéal est profond et peu fréquent (imitant les précipitations naturelles) plutôt que superficiel et quotidien. Une pelouse trop arrosée aura probablement un système racinaire peu profond car il n’est pas nécessaire que les racines se déplacent pour trouver de l’eau – elle est toujours là, près de la surface. Un système racinaire peu profond est plus susceptible aux dommages des insectes et même au stress thermique, car il possède une capacité de rétention d’eau moins importante dans le système racinaire.

Un système de d’arrosage automatique serait mieux utilisé avec parcimonie par un propriétaire, uniquement pour compléter les précipitations pendant les mois chauds de l’été. Il ne doit pas être utilisé avant les tempêtes de pluie prévues, pendant ou après la pluie. C’est un gaspillage d’eau (et d’argent), de temps, et contribuera à rendre une pelouse en mauvaise santé. Les arroseurs fonctionnent plus efficacement lorsqu’ils sont utilisés la nuit. Le moment idéal pour arroser est dans la période précédant l’aube, lorsqu’il y a moins de vent et qu’il fait plus frais.