Home

Conseils pour vider une maison

Conseils pour vider une maison

Vous allez bientôt déménager pour un autre appartement ? Vous avez trop surchargé votre maison d’objets inutiles ?  Vous venez de perdre un proche ?  Nombreuses sont les raisons qui peuvent vous pousser à vider votre maison. Et vider sa maison requiert beaucoup de travaux, de réflexion et une grande logistique. C’est un travail qui affecte physiquement et moralement. Malgré tout, vous avez quand même décidé de vous lancer tout seul dans ce projet ? Voici quelques conseils qui vous aideront à vider rapidement votre résidence.

Faire un plan de travail

Pour commencer, vous devez d’abord faire un bon plan de travail. Cela vous permettra d’avancer très vite dans le travail. Alors, vous devez rapidement faire une liste des objets qui doivent être débarrassés. Faites également l’inventaire des objets de valeur que vous pouvez vendre et mettez-les de côté pour éviter qu’ils se perdent au cours du travail. Si vous pensez que vous ne pourrez pas vous en sortir seul, vous pouvez faire appel à une entreprise spécialisée dans le débarras. Nous vous conseillons de contacter https://www.vid-immo.be/entreprise-vide-grenier.php.

Vider une pièce facile pour l’utiliser comme espace de stockage

Vider une pièce facile pour l’utiliser comme espace de stockage

Vous voulez gagner du temps, être plus efficace ?  Nous vous conseillons de vider totalement ou partiellement une pièce facile. On appelle en effet une pièce facile, une pièce qui ne contient pas assez d’objet, une pièce que vous pouvez rapidement vider. Il peut s’agir d’une chambre d’ami ou d’un bureau. Pour commencer, enlevez tous les meubles et petits objets qui traînent afin de libérer un maximum d’espace. C’est dans cette pièce que vous allez mettre les objets dont vous ne connaissez pas encore la destination.

Faire le tri

C’est le moment de commencer par faire le tri dans vos affaires. L’idéal serait de commencer pièce par pièce. Autrement vous risquez de trop vous éparpiller et d’oublier le centre de vos préoccupations. Vous devez travailler de façon rapide, intelligente et efficace. Pour réussir cette étape du tri, il est important de vider les pièces les unes après les autres. Ne quittez par une pièce sans l’avoir totalement vidée. Tout cela vous permettra de gagner un maximum de temps.

Garder les affaires utiles pour la fin

Garder les affaires utiles pour la fin

Pour réussir à vider très rapidement votre maison en cas de déménagement, vous devez être très organisé.  Ne vous précipitez pas à vider la vaisselle et votre garde-robe car vous allez vous en servir jusqu’à votre départ. Mais si vous tenez quand même à les vider, nous vous conseillons de garder les affaires nécessaires. Pour simplifier votre déménagement, n’oubliez pas aussi de vider votre garage, grenier, bref tous vos espaces de stockage.

Faire appel à une entreprise spécialisée

Il est vrai que tout seul vous arriverez à réaliser le débarras de votre maison. Mais comme vous avez pu le remarquer c’est un travail qui demande beaucoup de temps et d’effort. Une entreprise fera en un ou deux jours ce que vous mettrez une semaine pour faire. En effet, une entreprise spécialisée dans le débarras dispose des équipements et du personnel nécessaire pour effectuer un travail soigné et rapide.

Il suffit simplement de donner les consignes et l’entreprise se chargera du reste. Tout sera vidé tel que vous le souhaitez. Une entreprise de débarras vous aidera également à vendre vos objets de valeur. La somme reçue des ventes pourra être déduite du montant de leur prestation. Vous pouvez aussi, grâce à une entreprise de débarras, faire don de certaines choses à une association solidaire.

Quelles sont les étapes clés d’un entretien de jardin ?

Quelles sont les étapes clés d'un entretien de jardin

Un jardin en bonne santé est un jardin bien entretenu. Diverses techniques existent pour entretenir votre espace vert. Découvrez dans cet article, les étapes clés d’un entretien de jardin.

La taille

Pour préserver la santé de vos plantes, vous devez tailler ces dernières de façon régulière. Cette opération permet de renforcer vos arbres et arbustes. Elle leur donne également de l’épaisseur. Il est recommandé de procéder à cette opération 2 fois au cours de l’année (au printemps et en automne). Vous ne devez donc pas tailler vos haies, arbres et arbustes au cours des périodes de grands froids ou de grandes chaleurs. Car vos végétaux pourraient se fragiliser ou même mourir.

Par contre, si vous le désirez, vous pouvez faire appel aux services d’une société de jardiniers professionnels telle parcs et jardins Gorez.

Le désherbage

Les mauvaises herbes ont tendance à vite pousser et envahir les espaces. Le désherbage de votre pelouse vous épargnera d’une pareille situation. Vous pouvez arracher vos mauvaises herbes avec vos mains. Pour y parvenir aisément, vous pouvez les arroser au préalable. Ainsi, il vous sera beaucoup plus facile de les enlever depuis les racines. Attendre la fin de l’averse pour y procéder aussi est une superbe idée.

Par ailleurs, il vous est également possible de faire usage de désherbants. Liquides, ils sont à pulvériser et solides, à utiliser avec la main ou un épandeur.

N’oubliez pas que l’utilisation des herbicides est interdite pour les particuliers depuis le 1er Janvier 2019.

Par ailleurs, le ramassage des feuilles mortes aura pour effet d’éviter à votre sol de s’étouffer. Il favorisera également l’apport de la lumière à votre sol.

La scarification

Scarifier votre sol permet de supprimer les débris végétaux et la mousse de ce dernier. En effet, à cause de ces éléments, l’eau de pluie et les éléments nutritifs n’arrivent pas à pénétrer le sol de votre jardin. Il est recommandé d’y procéder une fois l’an.

Le jour avant l’opération, tondez complètement votre pelouse. Cette dernière doit être très courte. Ramassez les déchets puis procédez à l’arrosage de votre gazon. Il est recommandé de racler le sol de votre jardin à l’aide d’un râteau. Ce qui vous permettra de débarrasser ce dernier des restes de racines et de mousses.

Ensuite, semez du gazon de regarnissage. Après, un coup de rouleau devra être passé. Enfin, arrosez avec un peu d’eau. Ce qui permettra à votre gazon d’avoir des minéraux. Aussi, il ne suffoquera pas sous la mousse due à l’eau ayant stagné.

Par ailleurs, après l’étape de scarification, vous pouvez en même temps passer à celle de terreautage. Le terreau nourrira votre gazon. Il modifiera également la structure de votre sol. Il est possible de diminuer son acidité. Car c’est dans cet état qu’il convient à certaines plantes.

Faites vous-même votre compost

La bonne santé d’un jardin traduit que ce dernier est bien nourri. Et pour nourrir votre jardon, vous aurez besoin d’un compost. Ce dernier joue d’ailleurs un double rôle : la fourniture de fertilisant au jardin et la réduction de la taille des poubelles. C’est pourquoi vous verrez plusieurs ménages installer un bac de compost à l’intérieur de leurs jardins.

Par contre, pour éviter d’obtenir un rendu contraire à celui voulu, vous devez éviter d’introduire certains éléments dans votre bac de compost. En voici quelques-uns :

  • Trop d’ail
  • Trop d’agrumes en raison de leur acidité (oranges, citrons, pamplemousses, etc.).
  • Les serviettes ou mouchoirs contenant de l’encre
  • Du charbon de barbecue.

Comment reconnaitre et estimer une faïence ?

Comment reconnaitre et estimer une faïence

Du nom de la ville italienne de Faenza où elle fut rendue très célèbre, la faïence est une poterie (ou un objet de terre) émaillée ou vernissée qui a un fond blanc. Aujourd’hui, elle fait partie des plus importantes productions de céramique du XIXe siècle en Europe. Sa manufacture est implantée dans de nombreuses usines à travers le monde. Ainsi, c’est un produit qui permet de faire parler le patrimoine d’un pays de manière exceptionnelle.

Mais, comme pour toutes les autres manufactures, il peut être compliqué de reconnaitre une faïence de bonne qualité. Sans compter que si vous souhaitez estimer son prix pour pouvoir l’acheter, la difficulté est encore plus importante. Toutefois, en considérant certains paramètres, vous pourrez être en mesure de bien déterminer toutes les informations indispensables en rapport avec une faïence.

Faïence : les principales caractéristiques

La faïence est souvent considérée comme un type de carrelage en céramique. En conséquence, elle est nettement différente de tous les autres produits, car elle présente de nombreuses caractéristiques différentes. Ces dernières vous permettront de la reconnaitre très facilement.

En effet, la plupart des terres cuites de faïence utilisent une terre argileuse de teinte. C’est l’un des plus anciens mélanges employés en céramique. Bien que la faïence soit plus tendre et plus poreuse que le grès, son moindre coût et sa facilité de fabrication compensent ces insuffisances.

Par ailleurs, les couleurs de la faïence la différentient des autres céramiques. Par exemple, la faïence peut être fabriquée avec de la terre de couleur rouge, blanche, brune-grise ou noire. On peut également fabriquer des matériaux de qualité supérieure en utilisant la faïence comme base de fabrication. D’ailleurs, les résultats sont exceptionnels.

Estimation d’une faïence : ce qu’il faut savoir

En dépit du fait qu’il s’agisse d’une production industrielle très récente, la faïence reste relativement bien valorisée. Il existe tout de même beaucoup de pièces en vente sur le marché, ce qui fait jouer l’offre et la demande. De plus, une faïence de qualité bénéficie d’une bonne réputation. Mieux, elle s’identifie facilement grâce à la présence de ses marques sur le revers. L’estimation d’une seule pièce de faïence prendra alors en compte tous ces éléments.

Toutefois, si vous souhaitez estimer une faïence, vous devez prendre en compte certains éléments. Ainsi, vous devez avoir un niveau de savoir-faire en avance sur les meneurs du marché. Pour cela de nombreux sites internet vous proposent leur aide. C’est le cas de https://www.lemairesa.com/fr/achat.php. Mais, estimer une faïence prend aussi en compte les normes internationales. Pourquoi ?

Aujourd’hui, la céramique constitue une part importante du marché de l’art national et international. Les céramiques anciennes qui se vendaient à des prix astronomiques disparaissent pour laisser place à de nouveaux spécimens. La faïence peut donc être estimée en fonction de cet avantage. Si vous avez un produit de faïence chez vous, vous pourrez le mettre sur le marché tout en proposant des prix qui respectent les conditions et les règles de commerce. Aussi, n’hésitez pas à demander l’avis d’un spécialiste afin de connaitre les coûts et les avantages qui s’offrent à vous pendant une vente.

En outre, rappelez-vous que les céramiques d’artistes reconnus (comme Pablo Picasso, Hans Coper ou encore Lucio Fontana) ne passent jamais inaperçues lorsqu’elles apparaissent sur une table de vente. Ainsi, leur estimation s’en retrouve très élevée. Par conséquent, vous devez prendre en compte tous ces éléments avant d’estimer votre faïence. De cette façon, vous aurez gagné une belle affaire !

Comment choisir son entreprise d’abattage d’arbre ?

Comment choisir son entreprise d’abattage d’arbre

Plusieurs raisons peuvent vous contraindre à abattre un arbre sur votre priorité. La plupart du temps, certains travaux d’abattage sont entrepris, car l’arbre représente une menace pour la sécurité de tous. Dans tous les cas, la réalisation de cet abattage nécessite l’intervention d’un professionnel. Êtes-vous à la recherche d’une entreprise d’abattage d’arbre ? Cet article est pour vous. Découvrez ici quelques conseils pour vous aider à mieux choisir votre entreprise.

Pourquoi engager des professionnels pour vos travaux d’abattage d’arbre ?

La réalisation d’un abattage d’arbre nécessite de très larges connaissances en arboriculture. De plus, il requiert la maitrise des différentes techniques d’abattage d’arbre. Les professionnels du domaine commencent toujours par calculer le sens de la chute, un détail très important.

Pour cela, ils tiennent compte de la hauteur de l’arbre, du sens du vent, de la superficie du terrain sur lequel il se trouve et de la nature du sol dans lequel il est planté. La technique d’abattage qu’il adoptera sera en fonction de ces différents paramètres. Par ailleurs, les travaux d’abattage d’arbre sont très dangereux, et donc présentent de nombreux risques.

Les professionnels s’y exposent en effet tout au long de leur réalisation. Des accidents peuvent survenir par exemple au moment de l’ébranchage de l’arbre. Les branches qui tombent peuvent blesser les personnes aux alentours de la zone d’impact. Également, les fils électriques peuvent surplomber le chantier.

Ainsi, pour éviter les électrocutions, les intervenants doivent prendre des précautions nécessaires. Si le professionnel réalise un travail de qualité, et ce, dans les plus brefs délais. Notez qu’une entreprise d’abattage d’arbre dispose des moyens nécessaires, humains comme matériels, pour mener à bien les missions qu’on lui confie.

Quels sont les critères sur lesquels se baser pour trouver la bonne entreprise d’abattage d’arbre ?

Il est important de travailler avec une entreprise d’abattage de confiance. De ce fait, il vous faut prendre du temps pour choisir votre professionnel. En effet, il existe plusieurs critères qui vous permettront de faire le bon choix. Tout d’abord, assurez-vous que votre entreprise dispose d’un numéro SIRET et qu’elle a été bien inscrite au registre du commerce. Il est conseillé de travailler avec une société qui a bel et bien une existence juridique. Ainsi, cela vous évitera les problèmes de justice si un accident survient.

De plus, vérifiez la souscription du professionnel aux assurances obligatoires comme l’assurance responsabilité civile professionnelle (RC PRO) par exemple. C’est une assurance qui couvrira les dommages qui peuvent survenir durant l’exécution des travaux d’abattage d’arbre. Assurez-vous que l’entreprise en question dispose des ressources nécessaires pour mener à bien votre projet. Alors, ne vous limitez pas uniquement aux recherches faites sur internet et aux différents avis des internautes. Pensez à aller directement à la rencontre du professionnel en abattage d’arbre pour vous faire votre propre opinion de lui.

Pour finir, le prix est un critère important dans le choix d’une entreprise d’abattage d’arbre. Comparez les prix qui vous sont suggérés et dirigez-vous vers le professionnel qui offre le meilleur rapport qualité-prix.

Comment réaliser une allée de jardin ?

Comment réaliser une allée de jardin

Le jardin est un espace de détente agrémenté d’arbres, de fleurs ou de pelouses. Il est souvent utilisé à titre décoratif. On y cultive également des légumes et des fruits. Il peut être installé à l’entrée d’une maison ou dans un lieu public. Dans tous les cas, il faudra dégager un passage pour toutes fins utiles. Voici un article qui vous renseigne sur la réalisation d’une allée de jardin.

Les types d’allées de jardin

Avant toute réalisation de l’allée, il faut préalablement stabiliser le sol, débarrasser la terre pour construire une allée sous l’herbe en vue de faciliter la tonte. Il faudra aussi choisir un espace peu rugueux pour éviter les chutes et réduire les découpes. Pour mieux déterminer le type de votre allée de jardin, il faudra tenir compte de l’usage auquel vous la destinez et de votre budget.

Il existe 2 types d’allées de jardin : Les allées carrossables conçues pour le passage des véhicules et les allées piétonnes. Elles peuvent être conçues avec les matériaux tels que le pavé, la dalle, le bois, les graviers ou présenter un aspect enrobé ou être en pas japonais. Si vous avez besoin d’un expert pour vous guider dans le choix ou la réalisation de votre allée de jardin, contactez l’Entrepreneur de Jardin Didier Leslie.

Les allées carrossables

Les allées carrossables peuvent être en gravier ou en béton. Ce sont d’ailleurs les matériaux que l’on rencontre le plus souvent.

En gravier

Sa réalisation est très économique, mais la qualité du sol doit être apte à supporter le poids d’un véhicule. Pour ce faire :

  • Débarrassez le sol avec une mini pelle sur 25 à 30cm ;
  • Rependez et compressez du béton recyclé ou du gravât sur 15 à 20cm d’épaisseur ;
  • Aplanissez sur un géotextile une couche d’égalisation sur 5cm d’épaisseur ;
  • Appliquez du gravier de 10/12 sur 5 à 6 cm en vue d’obtenir une couche de finition ;
  • Réalisez des bordures maçonnées pour contenir le gravier en place.

 En béton

Pour réaliser une allée carrossable en béton, il faudra :

Débarrasser l’allée sur une épaisseur de 25 à 30cm ;

  • Fabriquer un hérisson à base de gravats entouré de pierre de sable et le damer ;
  • Batailler avec des treillis ligaturés entre eux, soudés 25 ou 30 ;
  • Écouler, niveler et lisser le béton.

Les allées piétonnes

Les allées piétonnes peuvent être en bois, en pas de japonais ou en pavés

En bois

Pour réaliser une allée piétonne en bois, il faudra :

  • Dresser une bâche PVC le long de l’allée et y poser des rondins
  • Répandre la sciure entre eux et y déposer une dalle en bois ;
  • Positionner quelques copeaux autour des dalles ;
  • Enfouir du lierre rampant sur le bas-côté de l’allée.

En pas de japonais

Si vous voulez réaliser des allées piétonnes, vous devez :

  • Insérer des pas dans le sol pour faciliter le passage de la pelle ;
  • Retrouver la position des pas, les poser à blanc et morceler la terre autour d’eux sur 10 à 15cm de profondeur ;
  • Arracher les pas et creuser l’intérieur des emplacements ;
  • Labourer la terre, ajouter un peu de sable et repositionner les pas en compressant les bords.

En pavés

Pour la réalisation des allées piétonnes en pavés :

  • Dessinez les contours de l’allée grâce à un tuyau souple et creusez un sillon autour d’eux ;
  • Positionnez la toile géotextile au sol, fixez les bordures en bois dans les sillons et affaissez la terre ;
  • Posez une fine couche de gravier, regroupez les pavés en surface et aplanissez-les en ajustant le niveau des pavés.

Comment fabriquer une cabane extérieure ?

cabane extérieure

Les enfants adorent avoir un espace de jeu qui leur appartient pour y créer leur propre univers et y jouer des heures. Les cabanes extérieures sont des petits refuges en bois parfaits pour eux. Si vous envisagez vous lancer dans la fabrication d’une cabane, vous devez maîtriser certaines notions élémentaires. Découvrez les étapes et techniques de fabrication d’une cabane.

Choisir son emplacement et rassembler les matériaux de travail

Comme tous travaux de construction, la réalisation d’une cabane extérieure requiert une étude minutieuse. Ainsi, vous devez bien choisir votre emplacement et les matériaux nécessaires  pour éviter les erreurs et mener à bien la construction.

Choisir l’emplacement approprié

Il est possible de construire une cabane en bois dans votre jardin ou perchée sur un arbre. Tout dépendra de vos envies et de l’espace dont vous disposez. L’essentiel est que la cabane soit toujours à portée de vue pour vous permettre de garder un œil sur vos enfants sans les gêner. Après le choix de l’emplacement de la cabane, marquez cela de quatre pieux de bois sur les angles.

Se préparer à construire une cabane extérieure

Pour bien démarrer, il est important de rassembler à l’avance tout ce dont vous aurez besoin. Il s’agit le plus souvent de  4 grands tasseaux de 2,5m de longueur, 3 mètres de tissu, et 1 tube de colle. Vous aurez également besoin de 2 tourillons 1,5 m de longueur, 1 mètre ruban et 1 scie. Si vous envisagez de réaliser vos travaux dans votre maison, protégez votre intérieur à l’aide de bâches ou de draps. Vous pouvez aussi solliciter l’aide d’une entreprise de fabrication de jardin pour bénéficier d’une meilleure prestation.

Poser le plancher et monter les murs

Une fois l’emplacement délimité, vous pouvez entamer la pose du plancher ainsi que le montage.

La pose du plancher

Achetez vos planches de bois auprès des magasins spécialisés pour garantir une meilleure qualité. Coupez en premier lieu plusieurs planches de bois, toutes à la même longueur. Le nombre de planches sera sélectionné en fonction des dimensions de votre cabane. Poncez les planches si besoin, puisqu’ils doivent être lisses pour éviter les échardes. Lors du ponçage, mettez une membrane d’étanchéité sur le sol pour éviter les remontées d’humidités et les repousses d’herbe.

Le montage des murs

Concernant le montage des murs, il suffit d’assembler des planches de bois bien poncées une à une pour les fixer avec de grosses vis. Après un tel montage, vous pouvez commencer la fixation des fenêtres et celle de la porte à l’aide de charnières plates.

Installer le toit et peindre la cabane

Pour la réalisation du toit de cabane, de nombreuses personnes font usage des panneaux ondulés en carton bitumé. Non seulement ils sont faciles à poser, mais ils assurent également un bon écoulement des eaux de pluie. Veuillez bien consolider les plaques à l’aide d’un tasseau et vissez les panneaux de part et d’autre du toit de la cabane. De l’autre côté de la peinture, vous avez la possibilité de choisir la couleur que vous souhaitez ou celle que vos enfants désirent.

Que faut-il savoir sur les règles de la mitoyenneté ?

mitoyenneté

Le terme « mur mitoyen » est employé afin de nommer le mur qui sépare les jardins ou les bâtiments de deux propriétés. Il a la particularité d’appartenir à l’un des propriétaires ou aux deux. Dans le second cas, le mur mitoyen peut être une source de conflit. Si vous êtes copropriétaire d’un mur mitoyen avec votre voisin, il est important de connaître les règles qui régissent son partage.

Comment acquiert-on la mitoyenneté d’un mur ?

Partager un mur avec votre voisin n’est pas toujours évident. Cependant, en visitant https://www.geometre-masquilier.be/mitoyennete.php, vous réglerez vos problèmes de mitoyenneté. En effet, vous aurez droit aux services des meilleurs géomètres de la région de Tournai. Autrement, la mitoyenneté peut s’acquérir de plusieurs façons à savoir :

  • La prescription acquisitive : Elle a lieu lorsque vous appuyez votre bâtiment contre le mur de votre voisin pendant plus de trente ans sans qu’il proteste. Une fois ce délai passé, vous pouvez revendiquer la mitoyenneté du mur ;
  • Le titre : Le titre est l’acte notarié qui précise si le mur est privatif ou mitoyen. Si un seul des voisins dispose du titre, l’appréciation de la situation est confiée à un juge ;
  • Les marques de non-mitoyenneté : Certaines marques permettent de savoir si le mur est mitoyen ou pas, notamment la présence d’un plan incliné sur le sommet du mur ou celle de filets d’un seul côté ;
  • La présomption de mitoyenneté : Un mur est présumé mitoyen s’il permet de séparer deux bâtiments, une cour, un jardin ou un enclos.
  • Quels sont les droits liés à la mitoyenneté ?
  • Les droits sont les mêmes pour chaque copropriétaire. En l’occurrence, ils peuvent disposer d’un côté du mur dans les termes suivants :
  • Droit de jouissance : Il donne la possibilité à chaque copropriétaire de jouir de son côté du mur dans le respect de son voisin. Chaque copropriétaire pourra alors peindre sa face du mur sans demander l’accord de l’autre ou y faire poser des panneaux publicitaires ;
  • Droit d’appui et d’enfoncement : Chaque voisin à la possibilité de prendre appui sur le côté du mur qui lui appartient afin d’y faire installer un robinet par exemple. Cependant, il est déconseillé de casser le mur mitoyen afin d’enfouir vos canalisations ;
  • Droit d’exhaussement : Chaque copropriétaire a la possibilité de rehausser le niveau du mur à sa convenance. Notez que l’instigateur du projet devra le faire à ses frais et qu’il deviendra propriétaire de la partie rehaussée.

Quelles sont les obligations liées au mur mitoyen ?

En dehors des droits, il existe également un certain nombre de devoirs auxquels sont contraints les copropriétaires. Ils portent le nom de « Charge de la mitoyenneté ». Les deux propriétaires se partagent les charges liées à l’entretien et à la rénovation du mur. Toutefois, si des travaux doivent être effectués à cause de l’un des copropriétaires, ils seront entièrement à ses frais. Notez que l’un des copropriétaires peut décider de ne plus participer aux charges relatives au mur. Dans ce cas, il décide d’en abandonner la propriété.

Astuces beauté : prendre soin de sa peau et de ses cheveux avec un yaourt

Astuces beauté : prendre soin de sa peau et de ses cheveux avec un yaourt

Le yaourt est un élément indispensable au quotidien. En plus d’être un dessert lacté le plus prisé au monde, il possède également des vertus insoupçonnées pour sublimer la peau et les cheveux. Cette rubrique explique pourquoi l’utiliser pour soigner son bien-être et comment l’appliquer pour profiter d’un résultat efficace ?

Le yaourt : un soin parfait pour lutter contre l’acné et les imperfections

Lorsqu’on a un problème de peau, on a parfois du mal à trouver le traitement fiable et efficace pour soigner cette partie très fragile du corps. Cependant, le yaourt peut tout changer en raison de son atout exfoliant, et notamment grâce à son acide lactique. Mais avant d’aller plus loin, il faut bien choisir une yaourtière pour préparer ses yaourts. Après avoir préparé ces produits lactés, on peut maintenant l’utiliser en guise de masque pour traitement de beauté. Pour cela, une simple application par semaine peut suffire pour retrouver un résultat répond à ses attentes.
Lors de son utilisation, il n’est pas nécessaire de frotter la peau, comme le cas avec un gommage à grains. Riche en lipides, le yaourt agit en douceur et n’irrite pas les peaux sensibles et fragiles. Pour traiter les peaux mortes, il faut mélanger 50 g de yaourt fait maison au lait entier avec quelques gouttes de jus de citron. Ensuite, appliquer sur la peau nettoyée cet ingrédient tout en évitant le contour des yeux. Attendre 15 minutes avant de rincer à l’eau claire.

Le yaourt : un masque réparateur pour les cheveux secs et abîmés

Outre ses vertus pour soigner la peau, le yaourt permet également de retrouver des cheveux souples et brillants. En effet, il peut traiter efficacement une crinière particulièrement sèche et soigner sa chevelure. Les vitamines et les protéines de lait nourrissent en profondeur les cheveux et l’acide lactique les aide à retrouver une brillance exceptionnelle.
Pour bénéficier d’un résultat fiable, il faut déposer du yaourt entier sur l’ensemble de la chevelure une fois par semaine. Il est impératif d’insister sur les pointes fourchues et résistantes. Ensuite, il est conseillé d’envelopper le tout dans une serviette et de laisser poser environ une heure. Puis, l’étape suivante consiste à procéder à son shampoing habituel et enfin, il faut bien rincer ses cheveux. Après quelques semaines d’application du yaourt sur sa chevelure, on peut apercevoir progressivement que ses cheveux deviennent de plus en plus doux et retrouvent toute son élégance.

Installation sanitaire : comment faire pour demander un devis en ligne ?

devis en ligne

Demander un devis afin de réaliser des installations sanitaires est la première étape lorsque vous désirez effectuer des travaux de rénovation. Toutefois, pour obtenir des informations qui sont fiables ainsi qu’un prix qui est raisonnable, il est recommandé d’avoir affaire à un expert. En effet, les compétences de ce professionnel vous permettront de disposer d’un document clair sur lequel vous pourrez vous baser pour travailler.

Pourquoi demander un devis sanitaire ?

Aujourd’hui, les équipements dont vous pouvez vous servir afin de concevoir la salle de bain de vos rêves sont nombreux, car la pomme de douche, le lavabo ou encore les toilettes sont des articles possédant des formes et des styles variés. En demandant un devis, vous arriverez à définir les principaux équipements de votre salle de bain, ainsi que les tarifs en fonction du niveau de gamme que vous souhaitez. Si vous contactez par exemple les professionnels de la société Plombier chauffagiste JMF à Hannut, vous aurez droit aux informations suivantes :

  • Pour l’installation de W.C., il vous faudra compter entre 300 et 1000 euros ;
  • Pour l’installation d’un lavabo, vous devrez dépenser entre 360 et 1000 euros ;
  • Pour la pose d’une douche, comptez entre 560 et 1700 euros ;
  • Pour l’installation d’une baignoire, prévoyez entre775 et 2300 euros.

Et si vous désirez obtenir une estimation globale, vous devez savoir que le prix global pour l’installation de la plomberie des sanitaires est compris entre 8255 et 9906 euros. Notez que pour effectuer des travaux de rénovation qui sont réussis, il est préférable de contacter un professionnel, car il sera apte à vous offrir une prestation de qualité.

Que faire pour obtenir un devis ?

Lorsque vous souhaitez obtenir un devis, vous avez deux choix possibles :

  • Contacter une entreprise qui est spécialisée dans le domaine de la plomberie afin de lui demander un devis ;
  • Vous rendre sur internet dans l’optique d’effectuer une demande de devis en ligne. Dans ce cas, il vous faudra communiquer le maximum de renseignements aux artisans chargés de produire votre devis pour que le document soit très précis.

Notez que vous avez la possibilité de demander un devis à plusieurs prestataires, ce qui vous permettra de les comparer afin de retenir celui qui vous semble être le plus juste.

Que doit contenir votre devis ?

Pour vous assurer que vous avez un devis acceptable en face de vous, ce document doit contenir des informations comme :

  • Le type de projet : Le devis doit indiquer s’il s’agit de travaux dans votre salle de bain, de l’installation d’une nouvelle plomberie ou encore du dépannage de vos équipements ;
  • Des informations complémentaires : Elles sont nombreuses, vous avez par exemple le statut du commanditaire des travaux, la nature du logement, l’état du bâtiment et les délais dans lesquels le projet sera réalisé.

Dans l’optique de trouver le devis qui conviendra à vos attentes, il est recommandé de vous intéresser aux informations comme la qualité des matériaux qui seront utilisés, les prestations qui seront réalisées, le prix, les garanties que vous propose votre artisan et les délais de livraison du chantier.

Comment choisir son bois pour un feu de cheminée ?

bois pour un feu de cheminée

Pour réussir son feu de cheminée, il faut avant tout choisir du bon bois. Contrairement à la croyance populaire, sachez que tous les bois ne se valent pas pour faire un bon feu. Vous devez donc bien vois informer avant de mettre du bois dans votre cheminée. Le choix du bois de votre feu de cheminée doit se faire suivant quelques critères. Les voici.

Un bois qui fait durer votre feu de cheminée

D’abord, il faut noter qu’en matière de feu, on n’en sait jamais assez, vous devez donc toujours demander conseil. Pour plus d’information sur les qualités de bois, vous pouvez vous rendre dans une exploitation forestière. Vous pouvez aussi faire un tour sur le site https://www.morexfor.com/ pour avoir des avis d’experts.

Toutefois, le premier critère à prendre en compte pour choisir un bois pour votre feu de cheminée, c’est la qualité des braises. Votre bois doit être en mesure de produire assez de braises. Pour cela, il faut privilégier un bois qui brûle lentement. Ainsi, votre feu va mieux chauffer et sera de meilleure qualité. Le choix du bois de votre feu de cheminée doit se faire suivant quelques critères.

Ces derniers sont plus denses et chauffent donc très bien. Il faut donc en premier lieu miser sur la densité du bois pour faire votre feu de cheminée. Les types de bois à privilégier sont : le bois de chêne, de bouleau, d’érable, de hêtre, d’Olivier, de charme, etc.

Un bois qui brûle bien est un bois sec

Le pire que vous pouvez faire à votre cheminée, c’est de lui apporter du bois humide. Le bois humide produit trop de fumée et pas assez de bonne braise. La meilleure chose à faire si votre bois est trop humide, c’est d’abord de le découper en petits morceaux. Ensuite, vous devez les exposer au soleil ou dans un entrepôt bien aéré. Enfin, vous devez le laisser sécher jusqu’à ce que son taux d’humidité soit en dessous de 20 %. Pour ça, vous pouvez attendre jusqu’à 2 ans pour avoir les bois les plus secs pour votre cheminée.

Les types de bois à éviter

Mis à part les bois humides, certains types de bois sont à éviter pour avoir un bon feu.

Les bois tendres

Les bois tendres brûlent beaucoup plus vite et dégagent moins de chaleur. Ce type de bois produit moins de braise et ne fait donc pas durer votre feu. Il s’agit de bois venant d’arbres comme : le peuplier, le platane, l’aulne, etc.

Les résineux

Ce sont des bois qui proviennent d’arbres produisant des résineux. Vous avez le pin, le mélèze, le sapin, etc.

Le bois de châtaignier

Les bois provenant du châtaignier explosent ou éclatent quand ils brûlent. Ce type de bois est donc fortement déconseillé pour votre feu de cheminée.

Le bois traité

Les bois traités sont aussi dangereux pour allumer un feu de cheminée. Ceux-ci sont assez toxiques, car ils dégagent des substances chimiques lors de la combustion. Ils sont donc néfastes pour votre santé et pour l’environnement. Il s’agit entre autres des bois qui ont été peints, vernis ou encore contreplaqués.

Ce type de bois est donc fortement déconseillé pour votre feu de cheminée. N’oubliez pas de choisir un bois dur, sec et non traité. Si vous voulez plus de conseils vous pouvez simplement vois rendre dans une exploitation forestière.